→ Le potager, une affaire de famille !

Depuis que je suis toute petite, mes parents ont toujours tenu un potager à la maison et je prenais beaucoup de plaisir à regarder celui-ci se transformer, semaine après semaine. Cette année, après plusieurs saisons de friche en raison de problèmes de santé, il m’était impossible de résister à l’envie de reprendre le flambeau. Aujourd’hui, je vous y emmène avec moi ! 🙂

D E B U T E RU NP O T A G E R

Cultiver ses propres légumes est une idée qui plaît à beaucoup mais qui n’est pas toujours si simple à mettre en œuvre pour des débutants. Tout d’abord, il faut bien évidemment de l’espace, même si des cultures sont également possibles sur un simple balcon. Ensuite, cela requiert un certain matériel, ainsi que de bonnes connaissances à propos des saisons, des cycles de croissance des différents légumes et des dates à respecter pour les semis et plantations (ces informations étant facilement trouvables sur Internet, ainsi qu’au dos des sachets de graines !). Pourtant, débuter un potager n’est pas si compliqué que cela en a l’air, aux premiers abords. N’hésitez pas à commencer par un espace plutôt restreint et facilement gérable (il faudra, en effet, retourner la terre, semer, arroser, se débarrasser des mauvaises herbes, etc.), ainsi que par des cultures facilement réalisables (évitez les tomates qui sont fragiles ou les courgettes et potirons qui demandent beaucoup d’espace : préférez la laitue, les herbes aromatiques, les radis ou encore les carottes !). Finalement, la préparation du potager et son aménagement sont probablement les étapes qui requièrent le plus de temps et d’organisation. Pour le reste, il suffit d’un peu d’eau et de patience pour voir se développer de jolies plantes et pouvoir apprécier le sentiment de satisfaction qui résulte de la consommation du fruit de son propre travail !

R E A P P R E N D R EL EC O N T A C T
A V E CL AT E R R E

Le jardinage n’est pas étranger à une forme de philosophie, où les mains plongées dans la terre humide deviennent un vrai plaisir, et où les rythmes naturels reprennent le dessus sur la rapidité des modes de vie modernes. Personnellement, jardiner m’apporte une forme de sérénité et de bien-être, au point d’être devenu une véritable addiction. En outre, il apprend à respecter l’imprévisibilité de la nature. Parfois, ça ne marche tout simplement pas, quel que soit le soin apporté aux cultures. D’autres fois, les surprises sont positives et la récolte est plus abondante que prévu. Jardiner demande de la patience et de la constance mais nécessite aussi l’apprentissage du lâcher prise : on ne peut pas tout contrôler (du moins, dans une agriculture propre sans produit chimique !)

Q U E L Q U E SA S T U C E S

  • Certaines graines demandent à germer à l’intérieur, avant d’être repiquées en pleine terre à l’extérieur, lorsque les températures sont plus clémentes. Plutôt que d’acheter des petits pots en plastique, pensez aux pots biodégradables ou, encore mieux, aux boîtes d’œufs en papier recyclable ! Découper les alvéoles des boîtes, de manière à former de petits pots individuels. Une fois les graines germées et les jeunes pousses suffisamment fortes, il suffit alors de repiquer directement la plante avec son alvéole biodégradable dans le sol, afin de ne pas abîmer les racines fragiles des jeunes pousses !

  • Réserver un petit carnet pour tenir un journal de bord de votre potager, avec le calendrier des plantations, la date de vos semis, un plan de votre potager, etc. Cela permet de ne pas s’emmêler les pinceaux et de planifier facilement les semis.

  • Faites-vous plaisir et expérimentez ! Si certaines cultures sont plus faciles à réaliser que d’autres, ne baissez pas pour autant les bras concernant les cultures plus fragiles ! De nombreuses variables sont en jeu, quant à la réussite d’une culture : la qualité du sol, le climat, le calendrier, l’apport en eau, etc. Soyez préparés à l’échec mais sachez que beaucoup de choses sont néanmoins possibles, avec de la persévérance. Cette année, j’ai des plants de quinoa entre mes pieds de tomates, sous serre 😉

  • Mieux vaut planter une ou deux semaines plus tard que de planter trop tôt ! En achetant des graines, vous trouverez systématiquement au dos du sachet des indications quant aux périodes de semis. Ne soyez pas trop pressés : si les semis sont recommandés à partir de mi-avril, je sème personnellement en mai, et ainsi de suite. Gardez en tête que les températures basses peuvent affecter négativement certaines plantes qui ne résisteront pas aux dernières gelées !

  • Pour les petits espaces, optez pour des cultures qui se renouvellent ! Certaines laitues repoussent, une fois les feuilles coupées, et permettent donc une jolie production sur un espace restreint !

  • Prévoyez des récoltes échelonnées dans le temps, afin de ne pas être submergés de légumes au même moment. Vous pouvez, par exemple, semer une ligne de carottes, puis une seconde quelques semaines plus tard. Une autre astuce consiste à planter des légumes à maturation beaucoup plus lente. Ainsi, par exemple, les butternut semés en avril ne donneront des légumes qu’en octobre/novembre ! Les épinards constituent également de bonnes cultures d’hiver.

Embrun.

9b4a9425

Rendez-vous sur Hellocoton !

POURSUIVRELALECTURE

..     Pourquoi je suis passée aux cosmétiques naturels ? Ces produits qui ont (définitivement) disparu de ma salle de bain ! DIY : Sérum 3-en-1

 

Ecrivez-moi un petit mot... ! :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s